Exposition corps Rebelles

Présentée du 13 septembre 2016 au 5 mars 2017 au musée des Confluences, l’exposition Corps rebelles invite à voyager au cœur de l'histoire de la danse contemporaine pour en comprendre les enjeux esthétiques et poétiques, voir ou revoir des extraits d’œuvres emblématiques et traverser différentes approches du corps dansant.

Vous pourrez redécouvrir au musée le Sacre du printemps, œuvre incontournable et fondatrice de l’histoire de la danse. Vous pourrez rencontrer, en partenariat avec la Maison de la Danse, des artistes au travail avec des résidences ouvertes au cœur de l’exposition : Serge Aimé Coulibaly, le Collectif ÈS, Denis Plassard et Bouba Landrille Tchouda. Vous pourrez danser au musée avec des ateliers interactifs, y voir  des performances, assister à des conférences, croiser les connaissances, les disciplines, les époques et les regards.
Découvrez le site de l'exposition Corps rebelles


Cette saison, la Maison de la Danse dialogue avec le musée des Confluences. Autour de cinq grandes thématiques, explorez tous les liens entre notre programmation et l’exposition Corps rebelles.

> DANSE VULNÉRABLE
Spectacles en écho : Jérôme Bel et Sankai Juku 
Au milieu du 20e siècle se développe une danse qui ne recherche pas l’exploit physique. Le corps s’installe, se dépose, chute, ralentit. Apparaissent sur scène d’autres types de corps et de danse que l’on n’aurait jamais imaginés sur un plateau auparavant. Les individus qui sont alors montrés se doivent de paraître fragiles, ordinaires…

> LYON, TERRE DE DANSE
Spectacle en écho : Bouba Landrille Tchouda 
Lyon s’inscrit parmi les villes qui ont façonné le développement de la danse contemporaine dans notre pays. Portée par des pionniers dans les années 70, c’est réellement au début des années 80 que se développe une véritable politique publique en faveur de la danse contemporaine à Lyon en particulier sous l’impulsion de chorégraphes, de danseurs et de personnalités.

> DANSE VIRTUOSE
Spectacle en écho : Russell Maliphant 
La virtuosité est un mot qui revient souvent quand on parle de danse. Elle est associée à l’image d’un corps idéal qui a été travaillé par une technique et capable de s’extraire des contingences physiques ordinaires. Aujourd’hui, la danse virtuose s’épanouit dans un grand « mix » qui ne se refuse rien.

> DANSE SAVANTE, DANSE POPULAIRE
Spectacles en écho : Emanuel Gat et Andrés Marín/Kader Attou
C’est en Italie au 15e siècle qu’apparaissent les premiers traités codifiant les pas et les positions des danseurs, ouvrant la voie à une « danse savante » en occident. Il aura fallu attendre les années 80 pour que la danse contemporaine française rencontre un grand engouement auprès du public. Au début du 21e siècle, danse savante et danse populaire poursuivent leurs chemins parallèles dans un dialogue continu.

> DANSE EXOTIQUE, DANSE COLONIALE
Spectacles en écho : Serge Aimé Coulibaby et Dorothée Munyaneza
Les corps noirs ou métis traversent l’histoire de la danse contemporaine. Au fil des époques, on peut mesurer, à travers les chorégraphies auxquelles ils sont soumis, l’évolution des mentalités en termes de ségrégation raciale, de libération des mœurs voire de rapport à l’érotisme des corps. Depuis le début du 20e siècle, une génération de chorégraphes issus de l’immigration émerge en France et questionne son héritage culturel, le passé colonial, ou encore l’ambiguïté du regard occidental sur le corps noir.


Dans le cadre de l’exposition et en collaboration avec la Maison de la Danse, le studio du musée des Confluences est investi par des chorégraphes et danseurs professionnels pour des résidences ouvertes au public. L’occasion de découvrir les étapes de travail et d’échanger avec les artistes.
> Bouba Landrille Tchouda - Cie Malka / du mardi 11 au dimanche 16 octobre 2016
> Denis Plassard - Cie Propos / du mardi 17 au dimanche 22 janvier 2017
> Serge Aimé Coulibaly / du mardi 31 janvier au dimanche 5 février 2017
> Collectif ES / du mardi 28 février au dimanche 5 mars 2017